LOVELESS : Influences et feuilles volantes : la saga Final Fantasy

Bonjour !
Dans ce nouveau billet sur LOVELESS, je vais vous parler des influences qui ont mené à la conception du jeu tel que je l’imagine et plus précisément de la saga Final Fantasy !
Les remarques que je fais à propos de chaque jeu ne sont, bien évidemment, que mon avis et non pas à prendre pour argent comptant.
Je vais essayer d’être clair quand à la manière dont chacun de ces jeux m’a apporté un regard, une idée, un thème concernant le développement de LOVELESS.

Dernière fantaisie d’une saga sans fin.

Final_Fantasy_logo.png

Impossible de parler du développement d’un RPG sans mentionner cette série monumentale.

La saga Final Fantasy c’est tout un programme, il s’agit quand même de la série de jeux de rôles la plus connue au monde. Elle voit le jour en 1987 et donne une tripotée de jeux, sur tous les supports et sous toutes les approches possibles !

Elle se distingue par la profusion de titres, canons et mineurs, qui apportent à chaque fois un nouvel univers, une nouvelles histoire et de nouveaux personnages… Il me semble inutile de décrire ou de parler de cette saga tant elle est populaire et renommée. Vous en savez nécessairement assez pour vous faire une idée de ce qu’elle représente dans la monde du jeu vidéo, et si ce n’est pas le cas, Wikipédia vous renseignera bien mieux que je n’en serais jamais capable !

Bien entendu, tout n’est pas à retenir de cette infinité de jeux et je ne peux pas prétendre avoir joué à tous les épisodes mais certains ont eu une influence suffisante sur mon univers pour être mentionnés dans ce papier.

Final Fantasy VII : Un modèle de narration.

Incontournable.

L’histoire de Final Fantasy VII est nécessairement celle qui m’a le plus marqué. Non par ce qu’elle conte mais par la manière dont elle le fait.
En effet : FF VII est certainement l’un des scénarios les plus tortueux et inconstants que l’on ai vu. L’histoire s’étale sur quatre jeux et deux films, chacun y allant de son lot de révélations et de son approche.

Si on peut retenir maints griefs à l’envers de l’histoire en elle-même, de son développement ou de certains personnages, il faut lui concéder qu’elle a su captiver pendant plus de vingt ans. Et ça peut se comprendre ! Retournements de situations, intrigues sentimentales, politiques, etc… le tout entremêlée donne au scénario une grande richesse (qui a tendance à vite se transformer en bazar sans nom).
On peut dire de Final Fantasy VII que le scénario est suffisamment bien tourné et que les personnages de tous les rangs sont assez développés pour que l’ensemble soit consistant et donne envie au joueur de finir le jeu.
Il faut aussi retenir de cet opus quelques faux-pas à ne pas reproduire, tels que certains enchaînements de situation illogiques, peu crédibles ou même totalement malvenus. Ainsi que de nombreuses incohérences qui résultent de cette richesse, mentionnée plus haut.

On ne retrouvera dans LOVELESS que peu d’éléments de Final Fantasy VII lui-même, mais Crisis Core : Final Fantasy VII m’a suffisament inspiré dans la conception d’une intrigue ou dans le développement d’un personnage pour être mentionné.
Qui plus est, c’est à cet opus de la franchise qu’on doit le texte original de LOVELESS et beaucoup d’éléments s’y rattachant, des thèmes, des questionnements… Celui de l’amitié, de la justice, par exemple, ou de la divinité.

Final Fantasy X : Une leçon de poésie.

L’histoire de Final Fantasy X est l’une de mes préférées !

Cet épisode de la saga est certainement l’un des mieux réussis ! Mis à part son héros (que je trouve assez moyen) et de son système de combat (je n’aime pas le tour par tour, c’est tout), je n’ai aucun commentaire négatif à faire au sujet de Final Fantasy X.

Le jeu assume pleinement sa linéarité et se concentre sur son histoire, son univers et ses personnages. L’ambiance générale est empreinte d’une douceur et d’une poésie parmi ce que j’ai vu de plus beau. Dans un cadre idyllique et enchanteur, les personnages sont confrontés à des événements parfois très durs, sous tous les rapports.
Final Fantasy X est avant tout un jeu d’ambiance dans lequel la narration est plus centrale que le gameplay. Et c’est suffisant pour que cet opus se démarque de ses prédécesseurs car beaucoup d’entre eux utilisaient leur scénario comme simple prétexte à l’action.

J’insiste peut-être, mais il n’est pas une note de la bande-son, pas un seul détail des panoramas fantastiques qui soit malvenu. Final Fantasy X fait dans le merveilleux et plonge le joueur dans un univers de rêveries et de chimères dont on ne se lasse jamais.
Voilà le genre d’univers que je veux voir naître : un havre de poésie et de lyrisme qui distillerai autant de frissons et de belles images que ne l’a fait ce jeu pour des milliers de joueurs.

maxresdefault.jpg

Si vous ne deviez en faire qu’un, choisissez celui-ci.

Final Fantasy XII : Un idéal de développement.

Ce FF est plus politique que ses prédécesseurs.

Je considère Final Fantasy XII comme le meilleur de la série car il me semble être le plus « équilibré ». En effet, chaque FF a ses points forts et ses points faibles : celui-ci n’en a pas. Tout sonne juste.

L’un de ses meilleurs aspects, toujours selon mon point de vue, est le sérieux de son scénario, qui brise beaucoup des codes de la franchise et s’inspire plus d’un Star Wars que d’un énième J-RPG.
Les personnages centraux ne sont pas manichéens, échappent à bon nombre de clichés et même la suite de cet opus, Final Fantasy XII : Revenant Wings, apporte son développement des protagonistes et de l’univers d’Ivalice.
Par ailleurs, Ivalice est certainement l’un des univers les plus palpables que j’ai pu parcourir : touffu et complexe, le scénario ne se perd pourtant pas en explication longuettes comme le faisait Final Fantasy VII, tout s’apprend au travers des dialogues avec la foultitude de PNJs. Il en résulte un univers plus crédible et plus vivant, ainsi que des cinématiques moins « bourratives » que ce qu’on a pu voir par le passé.

Final Fantasy XII brille par la finesse de sa réalisation et par le soin apportés la totalité des aspects du soft. Je ne mentionnerais pas l’aspect ludique du jeu puisque cet article ne s’y prête pas, mais sachez qu’il souffre d’une légère répétitivité qui ne gâche en rien le plaisir de jeu !
En bref, si il fallait retenir une chose de ce Final Fantasy, c’est le soin. La propreté et le travail acharné de passionnés qui a donné naissance à l’un des meilleurs jeux de sa génération.

Crystal Chronicles – Rings of Fates : Mention honorable.

wallpaper4.jpg

L’un des meilleurs jeux de la Nintendo DS

Impossible pour moi de clore cet article sans mentionner Final Fantasy : Crystal Chronicles : Rings of Fates. 
Un jeu bien modeste qui a toutefois su redorer le blason de la franchise Crystal Chronicles alors bien poussiéreux. Il s’agit d’un A-RPG au gameplay original et à l’histoire bien conçue, il nous plonge dans un univers très fantasy et raconte l’histoire des jumeaux Yuri et Chelinka, dotés d’un pouvoir mystérieux…
Le scénario est un peu naïf et les péripéties un peu « faciles »… On est tenté de se dire qu’il ne s’agit que d’un énième jeu de la sorte qui n’apporte pas grand chose de neuf. Mais si le joueur a la curiosité de pousser son aventure jusqu’à la dernière partie du soft… alors les révélations pleuvent et le charme opère.

L’aventure prend tous son sens dans les dernières heures de l’histoire et on le regrette terriblement, au vu de la longévité du titre. Mais encore une fois, l’ambiance générale et le final, grandioses, en valent la chandelle. 

C’est un jeu qui ne tient qu’à son final et à ses révélations, mais on apprend, en y regardant de plus près, à quel point il est important de doser ce type d’éléments avec précision. L’intrigue doit pousser le joueur vers la fin du jeu avec douceur et finesse… Le cas contraire, il aurait la sensation d’un jeu fini à l’arrachée et rempli d’événements fillers dispensables et uniquement destinés à allonger la durée de vie du soft de manière artificielle…


Je clos ici cette liste et vous remercie d’avoir lu ce papier et vous invite à le partager ! J’écrirais certainement d’autres articles de ce type alors n’hésitez pas à me faire part de vos remarques et des jeux qui vous ont marqué dans la franchise Final Fantasy !
D’ici là, portez vous bien !

A la prochaine !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s