De la différence entre « Être Charlie » et « Suivre Charlie »

Bonjour, j’avais envie de donner mon avis sur les récents événements survenus en France au travers de ce post qui n’est que le reflet de ma pensée et en aucun cas une tentative de leçon de morale ou de dénonciation quelconque. Ces quelques lignes ne sont là que pour témoigner de mon ressenti.

L’attaque de ce mercredi m’a touché.

Je n’étais pas spécialement fan de Charlie Hebdo, mais j’avais déjà vu quelques dessins, lu quelques articles et suivi les débats houleux qui avaient accompagné certaines de leurs caricatures. On pourra taxer la rédaction et ses employés de provocateurs, à juste titre parfois, mais cette provocation ne justifie en rien la violence de cet acte odieux.

Il va sans dire que les victimes de la fusillade, caricaturistes, gardiens de la paix, comme les autres employés de l’hebdomadaire, sont à déplorer. Froidement assassinés pour avoir voulu s’exprimer librement.

J’ai donc été ému de voir les rassemblements de très nombreuses personnes, à Lyon, à Toulouse, à Paris… J’ai trouvé ça bien que les français ne se laissent pas abattre et relèvent la tête, j’ai trouvé ça beau que les français se rassemblent, se lèvent et qu’ils refusent. Qu’ils refusent qu’on tue des innocents mais aussi qu’il s’élèvent contre l’atteinte portée à la liberté d’expression.

Outre ces rassemblement, de nombreux mouvements ont fleuri un peu partout sur le net, sur les réseaux sociaux notamment. Le fameux hashtag #JeSuisCharlie, par exemple.

Si j’ai trouvé ça formidable au début,j’ai rapidement déchanté. Je m’explique : le mouvement #JeSuisCharlie partait de la meilleure des intentions et je l’ai approuvé presque aussi tôt. En revanche, ce que je n’approuve pas, ce sont les dérives qui en ont émané… Il est normal et tout à fait honorable de manifester son soutien, cependant il l’est moins de se servir d’une telle mouvance pour « faire le buzz », chercher de la reconnaissance ou pour inciter à la haine contre les musulmans.

Donc, je ne suis pas Charlie. Je partage l’indignation et la douleur des français mais je ne désire pas être associé à un mouvement banalisé par beaucoup. Si l’ampleur de #JeSuisCharlie était très belle au début, les multiples dérives qui en ont découlé me séduisent moins. Entre ceux qui sont tout à coup devenus de fervents admirateurs de Charb mais découvraient l’identité du dessinateur en même temps que le journal, par le biais de l’attentat et ceux qui appellent à attaquer les mosquées, j’estime que le mouvement a perdu de sa valeur. Et je ne parlerais même pas de ceux qui vendent leur dernier numéro de l’hebdomadaire sur Ebay a des sommes affligeantes…

Ne pas mettre l’image #JeSuisCharlie comme photo de profil sur Facebook ou Twitter ne m’empêche cependant pas de ressentir de la compassion pour les familles des victimes et de la colère pour la blessure infligée à ma nation.

En somme, il y a une différence entre « Être Charlie » et défendre un idéal tout en sachant de quoi on parle et « Suivre Charlie » qui consiste à suivre la tendance même si l’on est pas forcément impliqué et qu’on n’a pas tout compris. Apporter son soutien c’est très bien, savoir pourquoi on l’apporte, c’est mieux.

Toutefois, la dérive de ce mouvement ne me dérange que très peu face aux autres faits inacceptables qui ont découlé de cette affaire.

Je trouve qu’il est totalement intolérable de scander « Ils l’ont bien cherché, ces cons » et autres slogans douteux. La rédaction de Charlie Hebdo n’a rien fait de plus que de jouir de sa liberté de ton et d’expression, la violence armée n’est pas une réponse justifiable ni même tolérable. J’estime ce genre de propos complètement déplacé et irrespectueux.

Mais il y a pire. Comme d’habitude, toute affaire impliquant l’islamisme extrême voit naître (ou renaître) de nombreux amalgames cataloguant toute personne d’origine arabe comme musulman et tout musulman comme terroriste. C’est à cause de ce genre de confusions que le racisme et la haine à l’égard des communautés musulmanes croît et donne lieu à des actes dégradants et choquants, tels que des tirs contre les mosquées et l’explosion d’une bombe à proximité d’un lieu de culte.

Bien entendu ce sont des cas isolés et on a heureusement pas encore vu de foule lyncher un imam ou incendier une mosquée, mais je trouve tout de même bien triste qu’une minorité n’arrive pas à faire la différence entre celui qui possède une foi et celui qui s’en sert comme un prétexte à la violence.

J’ai cependant l’espoir que les milliers de personnes qui se sont rassemblées dans la rue prennent le pas sur les quelques idiots qui s’attaquent à la communauté musulmane dont l’image se trouve à nouveau entachée par l’extrémisme.

Je conclurais ce billet en souhaitant du courage à tous les français et en vous invitant à éviter les deux confusions majeures qui sont l’amalgame entre musulmans et islamistes extrémistes et la confusion entre « Être Charlie » et « Suivre Charlie ».

Je ne m’improvise ni sociologue, ni journaliste, mais je pense qu’il y a d’autres moyens tout aussi efficaces de rendre hommage à Charlie Hebdo ou de soutenir les familles de victimes ainsi que les autres français, et c’est ce que j’entends faire de cet article, en jouissant de la liberté d’expression si chère à notre patrie, une liberté pour laquelle certains nous ont quitté ce mercredi 7 janvier 2015.

Publicités

Une réflexion sur “De la différence entre « Être Charlie » et « Suivre Charlie »

  1. Bon, j’ai lu ton article le jour de sa sortie mais j’avais pas pris le temps de répondre plus amplement jusque là. Du coup je m’en souviens que du gros, m’en veut pas si je fais des erreurs.
    Moi je ne suivais pas Charlie, parce qu’on est pas très presse écrite dans ma famille déjà de base. Mais le traits de Charb m’était pas inconnu vu que je lisais Mon Quotidien en primaire, ils étaient devant le bureau du directeur je me rappelle. Bref.
    Mais je suis Charlie. Je suis une personne qui me bat pour ma liberté d’expression une personne qui est fière d’avoir ce droit et qui espère bien le léguer aux générations futures. Je m’en fous qu’ils aient pu paraître raciste, et puis au fond, c’est pas mon problème s’ils le sont, ils ont jamais tué personne, eux. J’ai pas à adhérer à tout ce qu’ils disent pour me sentir proche d’eux. Je suis Charlie parce que ce soir, j’ai le droit de le dire.
    Certains ce sont indignés du fait que des personnes, comme moi, n’ayant jamais lu le journal se sentent proche du mouvement, et que ces personnes se revendiquent Charlie. Ils ont raison en un sens, je parie que d’ici 6 mois, pas un collégien s’en souviendra. Mais c’est généraliser, et généraliser, c’est mal.
    Je me sens Charlie parce que quand je suis allée poser une bougie jeudi soir, deux dames me remerciaient d’être venue et de leur avoir donner une des bougies que j’avais. Enfin non, je me sens pas Charlie en fait, grâce à ça je me sens française et fière, pour une fois, que notre devise soit vrai.
    Bref je divague je divague.
    Du coup, vu que ton point de vue semblait partagé par un certain nombre de personne, pour éviter qu’on me prenne pour quelqu’un qui cherchait juste le buzz, j’ai changé mon TN en « Je suis libre » (bon tu le sais mais bref) parce qu’au final c’est ce que veut dire être un Charlie, et c’est ça qu’il ne faut pas oublier.
    Ceux qui profane des mosquées, ou tabasse des musulmans pour leur culte, ce ne sont pas des Charlie, c’est des imposteurs qui s’approprient à tort un combat qui n’a jamais été le leur après tout, celui de la liberté.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s